Diagnostic de la maladie cœliaque

  1. Dr. Schär Institute
  2. Diagnostic de la maladie cœliaque
Frau beim Blutabnehmen, blond

Le diagnostic définitif de la maladie cœliaque s’appuie sur quatre éléments fondamentaux. Il est important que le patient ait une alimentation normale, avant d’effectuer le diagnostic.

Le diagnostic de la maladie cœliaque passe par quatre étapes. En tout premier lieu, une anamnèse répertoriant la présence des troubles, suivie d’analyses sérologiques et histologiques. Et, en tout dernier lieu, une période d’alimentation sans gluten qui viendra confirmer le diagnostic.

Anamnèse

L'anamnèse s’intéresse aux antécédents familiaux, aux modes d’alimentation, en particulier, aux aliments contenant du gluten. Une liste des troubles cliniques apparus est dressée, ciblant  les symptômes que sont diarrhées, perte de poids, fatigue, ballonnement abdominal, maux de ventre, nausées et retards de croissance chez les enfants

Sérologie

Le Gold standard des analyses sérologiques réside dans la recherche des marqueurs de la maladie : les anticorps anti-transglutaminases IgA (tTg-IgA). En cas de résultats négatifs, on complète les analyses par une recherche des anticorps anti-transglutaminases de classe IgG (tTg-IgG), complémentée par une recherche des anticorps anti-endomysium de classe IgA (EMA). Habituellement, on effectue toujours un dosage des IgA totaux, car un fort pourcentage (3 à 11 %) des personnes souffrant de la maladie cœliaque présentent un déficit en IgA. En cas de déficit en IgA, le  diagnostic sérologique des anticorps IgA ne permet pas de tirer de conclusions.

Histologie

L'analyse histologique comprend tout d’abord une œsophago-gastro-duodénoscopie (OGD, c'est-à-dire un examen endoscopique de l'œsophage, de l'estomac et de l'intestin)  ainsi qu’une biopsie au biveau du bulbe ou du 2ème duodénum. On prélèvera au moins trois échantillons de la partie descendante du duodénum, ainsi qu’un autre à l’angle entre le duodénum et le jéjunum. Les modifications histologiques de ces échantillons sont répertoriées d’après la classification de Marsh. En cas de maladie cœliaque, on observe un nombre accru des lymphocytes intra-épithéliaux (LIE) ainsi qu'une hypertrophie/hyperplasie et un allongement des cryptes. Les villosités de l’intestin grêle des personnes souffrant de la maladie cœliaque sont plus courtes, moins nombreuses voire inexistantes. Cela correspond à la classification de Marsh IIIa et IIIc.

Classification de Marsh

  • Marsh 0: Muqueuses et cellules épithéliales intactes de l’intestin grêle

  • Marsh I: Augmentation des  lymphocytes intra-épithéliaux (LIE) >30% cellules épithéliales

  • Marsh II: Augmentation des LIE et hyperplasie des cryptes

  • Marsh IIIa à IIIc: Augmentation des LIE et hyperplasie des cryptes, atrophie villaire  partielle dans la classe III A, sub-totale dans la classe III B et totale dans la classe III C.

Période d’observation pendant le régime sans gluten

Une fois les examens sérologiques et histologiques effectués, les aliments contenant du gluten sont totalement banni de l’alimentation quotidienne. Le diagnostic n’est confirmé qu’en cas d’amélioration des symptômes et si une nouvelle sérologie démontre que les anticorps réagissent à l'alimentation sans gluten. Pour les personnes diagnostiqués récemment, il est essentiel de s’assurer du soutien d’un nutritionniste pour la mise en place du régime.

Contrôles et suivis réguliers

On recommande aux personnes souffrant de la maladie cœliaque d’effectuer un bilan de contrôle une fois par an afin de prévenir les complications et les carences. À cette occasion, il faut effectuer un dosage des tTg-IgA afin de s’assurer que le régime sans gluten est bien observé. Un résultat négatif concernant les anticorps indique une bonne observance. Lorsque le patient réagit positivement à l'alimentation sans gluten, une nouvelle biopsie de l'intestin grêle n'est qu'exceptionnellement préconisée.

Suivi et contrôles réguliers recommandés:

  • Trois mois après avoir établi le diagnostic
  • Un an plus tard
  • Puis tous les ans