Syndrome de l’intestin irritable

  1. Dr. Schär Institute
  2. Syndrome de l’intestin irritable

Le syndrome de l’intestin irritable (SII ou IBS en anglais (irritable bowel syndrome) est une des maladies gastro-intestinales les plus répandues dont les troubles réduisent considérablement la qualité de vie du patient. Le diagnostic sera posé une fois éliminée toute cause organique ou pathologique.

La pose d’un diagnostic du syndrome de l’intestin irritable est difficile dans la mesure où les causes pathologiques restent pour l’instant obscures. Le tableau clinique du SII comme pathologie indépendante est très souvent remis en cause. Le diagnostic du syndrome de l'intestin irritable est essentiellement basé sur un questionnaire médical et un examen clinique. Des examens et analyses peuvent cependant être prescrits lorsqu'une ambiguïté subsiste quant à l’origine des symptômes.

On parle de critère « Rome III » (établis en 2006 par Manning et Kruis, mais partiellement validés) pour désigner l'ensemble des manifestations permettant de caractériser le syndrome de l'intestin irritable. Selon ces critères, un syndrome de l’intestin irritable, n'est confirmé qu'en présence  d'une douleur ou d'un inconfort abdominal perdurant au moins 12 semaines sur les 12 derniers mois écoulés (les 12 semaines de douleur n'ont pas à être consécutives). Cette douleur doit correspondre à au moins deux des trois critères suivants:

  1. Être soulagée au moment de la défécation.
  2. Être associée à un changement dans la fréquence de la défécation. (définie par une fréquence supérieure à 3 fois par jours, ou inférieure à 3 fois par semaines).
  3. Être associée à un changement anormal de la consistance des selles (trop solides ou trop molles).

S’ajoutent à ces critères de Rome-III des symptômes, qui viennent étayer entre autres le diagnostic : constipation, assortie de fortes contractions et ballonnements. Le SII touche toutes les tranches d’âge  mais surtout les personnes d’âge entre 35 et 50 ans.

Différence dans les critères pour les enfants en cas de syndrome de l’intestin irritable

Chez les enfants et les adolescents, on applique les critères de Rome-III pour établir le diagnostic. Chez les enfants, les critères de diagnostic suivants doivent être remplis pour pouvoir poser un diagnostic :

a)  Désagréments et douleurs abdominales associés avec au moins deux ou trois des critères ci-dessous :

  • Soulagement  après défécation
  • Modifications de la fréquence des selles
  • Modifications de la consistance des selles

b)  Absence de signes inflammatoires, de modifications anatomiques, métaboliques ou néoplasiques pouvant expliquer les symptômes.

  • Ne pas oublier d’envisager la maladie cœliaque et la sensibilité au gluten non coeliaque

    Les chercheurs soupçonnent que les personnes présentant un SII sont des patients  porteurs d’une maladie cœliaque sous-jacente. Quelques études comme celle de étude « GIBS » (Régime „Gluten-free“ en cas de SII) effectuées à l’hôpital de la Charité à Berlin ou les études « Glutox » en Italie se consacrent à l’heure actuelle à cet aspect de la maladie. Les patients souffrant de SII tout comme les personnes souffrant de la maladie cœliaque présentent des troubles gastro-intestinaux similaires, persistants et récurrents. Une maladie cœliaque sera relativement facilement écartée par un diagnostic spécifique. Pour  la sensibilité au gluten non cœliaque, que l’on peut envisager et qui s’accompagne souvent de signes cognitifs, nous ne possédons jusqu’à présent d’ aucun marqueur caractéristique. Le diagnostic passe par une exclusion de la maladie cœliaque ou de l‘allergie au blé et par la prescription d‘une alimentation sans gluten.