Les coulisses de Dr. Schär – Intercompany Exchange : Quand nous nous épanouissons en tant qu’individu, nous nous épanouissons en tant qu’entreprise

  1. Dr. Schär
  2. News
  3. Les coulisses de Dr. Schär – Intercompany Exchange : Quand nous nous épanouissons en tant qu’individu, nous nous épanouissons en tant qu’entreprise

Nous sommes convaincus que le succès de Dr. Schär se base principalement sur l’engagement et l’expertise de notre personnel. C’est pourquoi nous encourageons nos associés dans leur développement professionnel et personnel, par ex. grâce à notre programme Intercompany Exchange. Fidèle à notre devise « Quand nous nous épanouissons en tant qu’individu, nous nous épanouissons en tant qu’entreprise », nos formations et nos initiatives personnalisées stimulent le savoir-faire et les compétences tout en offrant à nos employés une large gamme d’opportunités pour leur épanouissement personnel.

 

Experts Area
Vous êtes un professionnel de santé impliqué dans la prise en charge des troubles liés au gluten et du SII ?

En plus du développement professionnel, notre programme Intercompany Exchange est, avant tout, une occasion pour nos employés d’élargir leur horizon, d’apprendre de nouvelles compétences et d’acquérir de l’expérience précieuse. Nos associés peuvent être délocalisés au-delà des frontières nationales en se basant sur un projet structuré, leurs propres connaissances, leur besoin de développement ainsi que leur expérience. La nature et la durée de cet échange sont ajustées individuellement afin que les employés puissent travailler sur un autre site pendant plusieurs mois ou même à long-terme.

Mais comment fonctionne un tel programme d’échange ? Comment se caractérise l’expérience d’échange ? Nous avons abordé ces questions et bien d’autres sujets avec Elizabeth (Lizzie) Whitehead et Simon Steckholzer, deux employés de Dr.Schär qui ont pris le risque et ont déménagé, respectivement, du Royaume-Uni en Italie, et de l’Italie aux États-Unis, définitivement.

 

Lizzie, vous avez quitté le bureau de Warrington, au Royaume-Uni et du département Marketing pour rejoindre l’équipe de Snacks Nutrition World au QG de Dr. Schär dans le Tyrol du Sud. À l’origine, vous deviez rester 12 mois pour remplacer une collègue en congés maternité. Comment cela s’est-il passé ?

Lizzie : C’était en effet mon projet initial, mais les choses ont pris une autre tournure. Cela fait maintenant près de deux ans que je suis là. J’ai travaillé pour Dr. Schär UK pendant mon année de placement lors de mes études et, une fois mon diplôme en poche, j’ai rejoint l’entreprise en tant qu’assistante marketing dans le département de communication en ligne. J’avais besoin d’un nouveau défi et, au cours d’une conversation avec mon responsable, il m’a appris qu’un poste était libre au siège social. Il m’a encouragée à postuler, car c’était une excellente opportunité pour acquérir de nouvelles expériences et pour évoluer dans l’entreprise. Après ça, tout est allé assez vite. Je suis allée en Italie en novembre 2019 pour un transfert, puis j’ai déménagé officiellement en janvier 2020. J’aime beaucoup la vie ici dans le Tyrol du Sud, donc je m’estime chanceuse d’avoir eu l’opportunité de rester et de faire partie de l’équipe Snacks.

Simon : Mon expérience est très similaire. Je me rappelle encore parfaitement ce jour où mon responsable m’a demandé en 2013 si je voulais passer deux semaines aux États-Unis. Au final, j’y suis resté deux mois lors de mon premier voyage. À ce moment-là, plusieurs employés des sites de Burgstall et d’Apolda allaient à Swedesboro pour former les employés américains. La plupart ne restait que quelques semaines, d’autres, plusieurs mois et quelques-uns sont restés définitivement. Comme moi et je suis désormais directeur d’usine ici.

 

Quelle a été votre motivation pour participer au programme ?

Lizzie : J’ai toujours été très ouverte aux nouvelles aventures et aux défis. C’était une opportunité en or pour moi. Je voulais vraiment acquérir de nouvelles expériences et découvrir une nouvelle culture, élargir mes connaissances en dehors du Royaume-Uni. Cette étape m’a permet d’évoluer, non seulement, sur le plan professionnel, mais aussi sur le plan personnel. 

 

Quelles étaient vos attentes ou vos craintes concernant l’échange ?

Simon : En ce qui me concerne, ma crainte était évidemment la barrière de la langue. Dr. Schär m’a soutenu et m’a fourni, au départ, un appartement, un moyen de transport et un téléphone portable, soit le kit parfait pour démarrer une nouvelle vie. J’ai trouvé un collègue qui a joué le rôle de prof d’anglais et de mentor, merci encore Daniel !

Lizzie : Je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre (rire). Mais ça fait partie du jeu, il suffit d’être très ouvert et de prendre les choses comme elles viennent. Un avantage principal du programme est que l’entreprise m’a payé un logement et m’a soutenue en mettant en place des cours d’italien. Ça a été une aide précieuse dès le départ et a apaisé mes inquiétudes initiales. Sans le soutien de l’entreprise, je pense qu’il y a plus de risques.

 

Recommanderiez-vous aussi à vos collègues de faire un échange ?

Simon : Oui, à 100 % ! Évidemment, c’est une étape importante de déménager dans un nouveau pays, de sortir de sa zone de confort, mais c’est une expérience à ne pas manquer, que personne ne peut faire à votre place. Ça m’a aussi donné une meilleure vue d’ensemble. La meilleure expérience n’est pas seulement de faire partie de l’histoire à succès de Dr. Schär, mais de contribuer activement au futur de l’entreprise avec mes collègues.

 

Avez-vous des conseils à donner à vos collègues qui envisagent un échange au sein de l’entreprise ?

Lizzie : Ce que j’ai appris de plus important, c’est qu’il faut toujours demander de l’aide quand on a des doutes. Déménager dans un autre pays est une étape importante, et inévitablement, on est confrontés à de nouvelles choses qui ne nous sont pas familières, notamment en dehors du travail ou dans les démarches administratives courantes qui accompagnent le déménagement à l’étranger. Ce n’est pas facile de tout gérer tout seul. C’est pourquoi je conseille aux collègues de se rapprocher de l’équipe locale ou du département des RH s’ils ont des questions, pour que la transition se fasse en douceur.

Simon : Exactement, j’invite les personnes prévoyant de venir aux États-Unis à me contacter avec leurs questions. Je pourrais certainement écrire un livre sur mes bons plans à Swedesboro ;)