Régime sans gluten et régime FODMAP

  1. Régime sans gluten et régime FODMAP

Le syndrome du côlon irritable (IBS) est un trouble gastro-intestinal courant qui se manifeste par des douleurs abdominales accompagnant les selles ou par un transit intestinal altéréLes symptômes fréquents de l’IBS incluent les ballonnements, les douleurs abdominales, les nausées, les flatulences, la diarrhée et/ou la constipation.

Les troubles fonctionnels intestinaux (TFI), plus particulièrement l’IBS, affectent près de 15 % de la population mondiale. Ils sont deux fois plus fréquents chez les femmes(1) et constituent un groupe de troubles difficiles à traiter(3).
 
La relation entre alimentation et symptômes abdominaux est largement reconnue(4) et de nombreux éléments alimentaires (comme le gluten, les graisses, les produits laitiers, le café et l’alcool) peuvent provoquer des symptômes gastro-intestinaux(5).
 
Une proportion considérable de patients souffrant d’IBS présente des symptômes en réponse à l’ingestion de gluten, même si aucune preuve n’indique que le patient est atteint de la maladie cœliaque ou d’une allergie au blé. Certains de ces patients peuvent très bien réagir à un régime sans gluten. Plusieurs interventions ont montré que la consommation de gluten restreinte pendant 4 à 8 semaines soulage les symptômes d’IBS et réduit la fréquence des selles par jour et la perméabilité intestinale(6).
 
Un autre régime qui réunit de plus en plus de preuves d’une prise en charge efficace de l’IBS est le régime FODMAP (oligosaccharides, disaccharides, monosaccharides et polyols fermentescibles)(7). Il apporte un soulagement efficace des symptômes chez 75 % des patients mais peut s’avérer peu bénéfique pour les autres(8). Les aliments FODMAP sont des glucides à chaîne courte qui sont mal absorbés. Ils incluent le fructose (en excès du glucose), le lactose, les fructo-oligosaccharides, les galacto-oligosaccharides (fructanes et galactanes) et les polyols (tels que sorbitol, mannitol, xylitol et maltitol)(9). Tous ces éléments ont trois propriétés fonctionnelles communes : 1) ils sont mal absorbés dans l’intestin grêle, 2) il s’agit de petites molécules et sont donc osmotiquement actifs et 3) ils sont rapidement fermentés par les bactéries(7).

Les symptômes des TFI peuvent être causés par la malabsorption du fructose et du sucrose qui se produit lorsque l’activité de l’un des transporteurs sur l’illustration est altérée (SGLT1, GLUT5 ou GLUT2). La malabsorption du fructose survient lorsque le fructose est présent en excès du glucose.

 
L’intestin grêle ne dispose pas des hydrolases capables de casser la liaison glucose-fructose ; par conséquent, les fructanes (oligosaccharides) ne sont pas transportés à travers l’épithélium et ne sont pas absorbés. Les galactanes sont des chaînes de galactose avec une molécule de fructose à la fin qui agissent de façon similaire aux fructanes.
 
Enfin, le sorbitol est le polyol le plus courant présent dans l’alimentation. La consommation concomitante de sorbitol et de fructose peut entraîner une aggravation des symptômes de l’IBS(10).
 
Le blé est une source importante de fructanes dans les aliments, ce qui signifie que la plupart des pains, des pâtisseries et des gâteaux contiennent de grandes quantités de fructanes. Les autres sources sont les légumes comme les oignons, l’ail et les artichauts. Les aliments riches en galactanes sont les légumineuses (soja, haricots, pois chiches, lentilles), les choux et les choux de Bruxelles. Parmi les aliments riches en fructose, on peut citer le miel, les pruneaux, les dattes, les pommes, les poires et la papaye. Les disaccharides comme le lactose sont présents dans les produits laitiers mais aussi dans la plupart des bières, des soupes instantanées et des sauces. La majorité des édulcorants artificiels contiennent des polyols ; ceux-ci sont présents dans d’autres substances ingérées comme le dentifrice, les bonbons à la menthe, le chewing-gum sans sucre et de nombreuses préparations liquides utilisées pour traiter la toux et soulager la douleur(7).
 
Halmos et al. (11) ont analysé l’efficacité du régime pauvre en FODMAP en réalisant une étude croisée, contrôlée et randomisée. Ils ont comparé un régime pauvre en FODMAP avec la consommation d’une quantité modérée de FODMAP chez des patients non sélectionnés souffrant d’IBS qui n’avaient pas bénéficié auparavant des conseils d’un diététicien. Pour déterminer la spécificité de tout effet observé chez les patients souffrant d’IBS, des sujets sains ont été inclus dans l’étude pour servir de témoins. L’étude a fourni des preuves de haute qualité montrant qu’un régime pauvre en FODMAP est efficace dans le traitement des symptômes gastro-intestinaux fonctionnels dans l’IBS. En outre, il est improbable que les bénéfices symptomatiques d’un régime pauvre en FODMAP soient non spécifiques puisque la consommation variable de FODMAP n’avait pas d’effet symptomatique sur les témoins sains.
 
En conclusion, les preuves scientifiques viennent confirmer l’efficacité d’un régime pauvre en FODMAP et sans gluten dans l’amélioration des symptômes chez les patients souffrant d’IBS.

 

RÉFÉRENCES

1.           De Roest RH, Dobbs BR, Chapman BA, Batman B, O’Brien LA, Leeper JA, et al. The low FODMAP diet improves gastrointestinal symptoms in patients with irritable bowel syndrome: A prospective study. Int J Clin Pract. 2013;67(9):895–903.
2.           Goldstein R, Braverman D, Stankiewicz H. Carbohydrate malabsorption and the effect of dietary restriction on symptoms of irritable bowel syndrome and functional bowel complaints. Isr Med Assoc J. 2000;2(8):583–7.
3.           Parrish CR. A FODMAP Diet Update: Craze or Credible? Pract Gastroenterol. 2012;37–46.
4.           Lea R, Whorwell PJ. The role of food intolerance in irritable bowel syndrome. Gastroenterol Clin North Am. 2005;34(2):247–55.
5.           Heizer WD, Southern S, McGovern S. The Role of Diet in Symptoms of Irritable Bowel Syndrome in Adults: A Narrative Review. J Am Diet Assoc. 2009;109(7):1204–14.
6.           Cozma-Petrut A, Loghin F, Miere D, Dumitrascu DL. Diet in irritable bowel syndrome: What to recommend, not what to forbid to patients! World J Gastroenterol. 2017;23(21):3771–83.
7.           Gibson PR, Shepherd SJ. Evidence-based dietary management of functional gastrointestinal symptoms: The FODMAP approach. J Gastroenterol Hepatol. 2010;25(2):252–8.
8.           Rangnekar AS, Chey WD. The FODMAP Diet for Irritable Bowel Syndrome: Food Fad or Roadmap to a New Treatment Paradigm? Gastroenterology. 2009;137(1):383–6.
9.           Gibson PR, Shepherd SJ. Personal view: Food for thought - Western lifestyle and susceptibility to Crohn’s disease. The FODMAP hypothesis. Aliment Pharmacol Ther. 2005;21(12):1399–409.
10.        Evans PR, Piesse C, Bak Y-T, Kellow JE. Fructose-sorbitol malabsorption and symptom provocation in irritable bowel syndrome: relationship to enteric hypersensitivity and dysmotility. Scand J Gastroenterol. 1998;33(11):1158–63.
11.        Halmos EP, Power VA, Shepherd SJ, Gibson PR, Muir JG. A diet low in FODMAPs reduces symptoms of irritable bowel syndrome. Gastroenterology. 2014;146:67–75.

Le régime pauvre en FODMAP dans le traitement de l’intestin irritable (SII)

La colopathie fonctionnelle est un trouble gastro-intestinal fonctionnel chronique et débilitant qui, selon les études, touche au moins 10 % des populations britannique, européenne et américaine. [1,2]

Le régime « low FODMAP » et ses aspects

Au sujet du traitement du syndrome de l'intestin irritable (SII), de nombreux lecteurs et lectrices auront entendu parler récemment du régime à faible apport en FODMAP (« Low FODMAP » en anglais).